KANO, 8 juillet 2008 (IRIN) – La traite des fillettes des villages vers les villes du Nigeria se développe et l’Etat est impuissant face à ce trafic, ont déclaré des responsables à IRIN.

« Le recrutement d’adolescentes qui travailleront comme domestiques dans des foyers riches ou de classe moyenne est une secteur florissant malgré les efforts que nous déployons pour y mettre fin », a déploré Bello Ahmed, directeur des bureaux de l’Agence nationale pour la prohibition du trafic des personnes (NAPTIP) à Kano.

Des fillettes âgées de 12 à 17 ans sont régulièrement conduites par les trafiquants des villages vers les villes, où elles travailleront comme femmes de chambre pour un salaire mensuel moyen de 1 500 nairas (13 dollars américains), généralement envoyé à leurs parents, qui ont plusieurs autres enfants à leur charge, selon M. Ahmed. Pour en savoir plus ….